Notre mandat

L’objectif du réseau CoVaRR-Net (Coronavirus Variants Rapid Response Network, c’est-à-dire le Réseau de réponse rapide aux variants de coronavirus)? Répondre rapidement aux questions importantes et urgentes concernant les variants, telles que leur transmissibilité accrue, leur probabilité de causer des formes graves de la COVID-19 et leur résistance aux vaccins.

Nous sommes un réseau de chercheurs interdisciplinaires créé pour contribuer à la stratégie globale du gouvernement du Canada visant à faire face à la menace que représentent de nouveaux variants du SRAS-CoV-2. Notre mandat est de coordonner, de faciliter et d’accélérer la recherche d’intervention rapide dans tout le Canada.

Au cours de la première année, nous avons créé des mécanismes dont la communauté des chercheurs canadiens avait désespérément besoin pour simplifier et accélérer le partage des ressources physiques de recherche, des données et des connaissances, pour cette pandémie et la prochaine. Au cours de la deuxième année, nous développons ces mécanismes afin qu’il soit encore plus facile et rapide pour les chercheurs d’obtenir ce dont ils ont besoin pour étudier rapidement les nouveaux variants du SRAS-CoV-2 au Canada.

Projets importants de CoVaRR-Net :

  • Biobanque et plateforme de données CoVaRR-Net : Notre Biobanque permet aux membres du réseau partout au Canada, ainsi qu’aux partenaires de l’industrie au besoin, d’accéder rapidement à des échantillons de patients (p. ex., sang et salive), à des isolats viraux, à du matériel de recherche biologique et à de l’information. La Plateforme de données CoVaRR-Net permet de stocker et de gérer des métadonnées associées au matériel de la biobanque, ainsi que d’y accéder.
  • Groupe de surveillance des eaux usées CoVaRR-Net (GSEU) : Au début de la pandémie, les estimations de la propagation du virus au Canada étaient faites, pour la plupart, à partir des résultats de tests PCR. En remplacement des tests individuels, la surveillance des eaux usées est devenue très efficace pour offrir une vue d’ensemble de la charge virale au sein de la population générale d’une région, les hausses précédant de plusieurs jours les admissions dans les hôpitaux. Cependant, la surveillance des eaux usées était peu répandue dans le pays et il n’existait pas de procédures uniformes. Le GSEU réunit des chercheurs canadiens spécialisés dans les eaux usées et l’environnement provenant d’universités de partout au Canada, de l’Agence de la santé publique du Canada et du Laboratoire national de microbiologie ainsi que de programmes provinciaux de surveillance des eaux usées. Il a pour objectif d’établir les meilleures pratiques en matière d’analyse et de surveillance des eaux usées ici au Canada et dans le monde.
  • Le Consortium canadien de laboratoires universitaires de biosécurité de niveau 3 (CCABL3), mis sur pied par le réseau CoVaRR-Net : Lorsque la pandémie a frappé, les chercheurs canadiens ne savaient pas exactement où se trouvaient les nombreux laboratoires de niveau de biosécurité 3 (capables de manipuler le virus vivant du SRAS-CoV-2) au Canada, ni quelles étaient les capacités de recherche de ces installations. Le CCABL3 change cette situation en réunissant tous les laboratoires universitaires canadiens de niveau de biosécurité 3 afin de partager des ressources, des procédures de formation et des informations pour apporter un soutien rapide aux autorités canadiennes lorsqu’elles sont confrontées à de nouvelles menaces biologiques émergentes.
  • Nous avons mis en place un accord universel de transfert de données et de matériel biologique (Universal Data and Biological Material Transfer Agreement [UDBMTA]) : Signé par plus de 26 institutions de recherche canadiennes, cet accord facilite le partage rapide et légal de réactifs et de données afin que les chercheurs puissent travailler en collaboration et efficacement sur leurs projets de recherche.
  • CoVaRR-Net a aussi créé CIEDAR (le pilier 7, Mobilisation, développement et recherche autochtones, du réseau CoVaRR-Net) pour faire en sorte que les voix autochtones soient entendues pendant la pandémie actuelle, ainsi que pendant toutes les pandémies futures. CIEDAR établit des relations avec les communautés autochtones de l’Île de la Tortue, recueille des récits d’expériences vécues afin de comprendre les points communs et soutient les communautés dans leurs efforts de changement.

Notre réseau surveille en permanence les activités de séquençage des virus et des virus émergents canadiens et internationaux, ce qui en fait un élément essentiel de l’écosystème canadien pour la surveillance des variants. Nous travaillons en collaboration avec le Laboratoire national de microbiologie de l’Agence de la santé publique du Canada, Génome Canada, les laboratoires de santé publique provinciaux et territoriaux ainsi que d’autres organismes nationaux et internationaux.

Les résultats de notre réseau éclairent les décideurs fédéraux, provinciaux, territoriaux et régionaux en matière de santé publique, contribuant ainsi à orienter leur réponse dans le but de réduire la transmission du virus et d’assurer la sécurité des Canadiens.

Le réseau CoVaRR-Net a été créé grâce à une subvention de neuf millions de dollars octroyée en mars 2021 par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et s’est vu offrir un renouvellement de financement de neuf millions de dollars supplémentaires en mars 2022, dans le cadre de la Stratégie de lutte contre les variants préoccupants du gouvernement du Canada.

Aider à se préparer pour les pandémies du future

Le réseau CoVaRR-Net estime qu’il est essentiel de se préparer aux futures pandémies, qu’elles soient causées par des virus ou des micro-organismes pathogènes tels que les bactéries et les champignons.

C’est pourquoi il jette actuellement les bases qui lui permettront de se transformer en un réseau de préparation à la pandémie qui favorisera les liens étroits, les collaborations et les relations avec les laboratoires de santé publique et l’industrie, car la contribution de chacun est essentielle en cas de pandémie.

Nos piliers

Le réseau CoVaRR-Net est structuré en dix thèmes ou « piliers », sept d’entre eux évaluant un aspect biologique différent des variants et trois autres étant axés sur les communautés autochtones, les impacts sur la santé publique et la communication rapide et efficace des résultats aux décideurs, aux scientifiques et au grand public.

Pilier 1 | Immunologie et protection vaccinale

Étudie la manière dont le système immunitaire réagit aux variants préoccupants/émergents et évalue l’efficacité des vaccins contre ceux-ci.

Pilier 2 | Interactions hôte-pathogène

Explore les interactions entre les variants du SRAS-CoV-2 et les différentes espèces hôtes afin de comprendre l’infection et la maladie, en laboratoire et sur le terrain.

Pilier 3 | Virologie

Évalue les caractéristiques du virus dans les cellules et les animaux. Il s’agit notamment de mesurer l’infectivité, les effets pathologiques ainsi que la résistance vaccinale et immunitaire chez les animaux.

Pilier 4 | Génomique fonctionnelle et structure-fonction des variants préoccupants

Étudie les virus et leur interaction avec les cellules, les structures et les fonctions des protéines virales et leur interaction avec les protéines humaines.

Pilier 5 | Génomique et séquençage viraux

Lis le code génétique de chaque variant et étudie les relations entre les séquences du virus parental et des variants.

Pilier 6 | Biologie et modélisation computationnelles

Utilise la modélisation et des calculs informatiques pour évaluer l’évolution génétique des variants et la vitesse à laquelle ils se propagent dans la population canadienne.

Pilier 7 | Mobilisation, développement et recherche autochtones

Établit des partenariats avec les communautés autochtones et travaille en collaboration avec le futur réseau autochtone pour les variants préoccupants dans de nombreux domaines.

Pilier 8 | Impacts sur la santé publique, les systèmes de santé et les politiques sociales

Étudie les impacts des variants sur la santé publique, notre système de santé et les politiques sociales et communications de ces résultats aux décideurs et aux représentants du gouvernement.

Pilier 9 | Équipe responsable des connaissances, de la mise en œuvre et de la formation

Relie toutes les activités des sept autres piliers et partage rapidement et efficacement les résultats afin de faire progresser les découvertes et d’éclairer les décideurs et les responsables politiques.

Pilier 10 | Stratégies et thérapeutiques antivirales

Identifier et profiler l’efficacité des principaux antiviraux seuls ou en combinaison contre les variants émergents du SRAS-CoV-2 et d’autres virus humains à potentiel pandémique.

Les rôles des piliers réunis sont les suivants :

  1. Identifier, analyser et prévoir les variants préoccupants à venir;
  2. Concevoir et utiliser de nouveaux canaux de communication pour informer les décideurs gouvernementaux de nos résultats;
  3. Déployer des stratégies de mobilisation des connaissances au Canada et à l’étranger;
  4. Établir des canaux de communication avec les partenaires et les communautés autochtones, ainsi qu’avec le futur réseau autochtone pour les variants préoccupants;
  5. Incorporer l’équité, la diversité et l’inclusion en tant que valeurs fondamentales dans toutes les activités afin de s’assurer qu’elles ne soient pas cloisonnées et d’éclairer toutes les décisions du CoVaRR-Net concernant les groupes méritant l’équité.

Nos thèmes transversaux

Équité, diversité, inclusion et indigénéité

Mobilisation et sensibilisation de la communauté et des patients

Nos ressources partagées

Plateforme de données

Biobanque nationale

Surveillance des eaux usées

Bioéthique