Home General CoVaRR-Net Évaluer rapidement comment les variants du SRAS-CoV-2 affecteront les Canadiens ainsi que les personnes du monde entier.
Accueil2021-09-01T15:15:38-04:00

Mandat du CoVaRR-Net

CoVaRR-Net (Coronavirus Variants Rapid Response Network), c’est-à-dire le Réseau de réponse rapide aux variants du coronavirus, est un réseau de chercheurs interdisciplinaires créé afin de contribuer à la stratégie globale du gouvernement du Canada visant à faire face à la menace que représentent de nouveaux variants émergeants du SRAS-CoV-2. Notre mandat consiste à coordonner, faciliter, soutenir et accélérer la recherche à réponse rapide dans tout le Canada.

Nous souhaitons créer des infrastructures, telles qu’une biobanque nationale, une plateforme sécurisée de partage de données et des accords de partage de matériel, afin de permettre aux chercheurs d’accéder plus facilement et plus rapidement aux ressources dont ils ont besoin pour étudier les variants au Canada.

L’initiative a pour but de répondre aux questions importantes et urgentes concernant les variants, telles que leur transmissibilité accrue, leur probabilité de causer des formes graves de la COVID-19 et leur résistance aux vaccins. Les résultats des chercheurs de notre réseau et de leurs équipes fourniront aux décideurs du Canada, mais aussi à l’étranger, des orientations concernant la pharmacothérapie, l’efficacité des vaccins et d’autres stratégies de santé publique.

En savoir plus

Se préparer pour les pandémies du future

Le réseau CoVaRR-Net ne se concentre pas uniquement sur les variants du SRAS-CoV-2. La pandémie actuelle a révélé des défis et des obstacles dans la manière dont les chercheurs canadiens partagent l’information et les ressources physiques entre eux, ainsi que dans la manière dont ils collaborent avec les laboratoires de santé publique et les partenaires industriels pour mener à bien des recherches d’intervention rapide.

Le réseau CoVaRR-Net estime qu’il est essentiel de se préparer aux futures pandémies, qu’elles soient causées par des virus ou des micro-organismes pathogènes tels que les bactéries et les champignons. C’est pourquoi il jette actuellement les bases de son évolution vers un réseau de préparation aux pandémies.

L’objectif sera de favoriser les liens étroits, les collaborations et les relations avec les laboratoires de santé publique et l’industrie, car la contribution de chacun est essentielle lors d’une pandémie.

En savoir plus

CoVaRR-Net servira de plateforme intégrée au Canada pour déterminer l’impact des virus préoccupants sur les Canadiens de diverses communautés et de divers groupes démographiques et pour suivre l’évolution du SRAS-CoV-2 en temps réel, tout en progressant vers un réseau canadien de préparation aux pandémies.

Marc-André Langlois, Directeur général de CoVaRR-Net

Que sont les variants?

Des erreurs surviennent dans le processus durant lequel un virus infecte des cellules et réplique son matériel génétique. Si un bon nombre de ces erreurs ou mutations génétiques ont peu d’effet, certaines peuvent être néfastes pour le virus. D’autres peuvent provoquer de petites modifications aux protéines virales et conférer aux virus de nouvelles capacités. Ces capacités peuvent notamment rendre le virus plus contagieux, plus résistant aux vaccins et aux traitements, et parfois rendre nos anticorps ou notre système immunitaire moins efficace face à ces virus modifiés. Les virus contenant des mutations génétiques sont appelés variants, et ceux présentant un avantage suspecté ou confirmé sont appelés respectivement variants d’intérêt et variants préoccupants.

Les variants continuent d’apparaître tant que le virus est capable de se propager à de nouveaux hôtes. Les vaccins entraînent notre système immunitaire à reconnaître les différentes parties du virus avant que nous ne soyons infectés. Par conséquent, si les mutations modifient les parties utilisées pour cet entraînement, les vaccins deviennent moins efficaces et doivent être actualisés. C’est pourquoi les variants doivent faire l’objet d’un suivi et analysés en permanence.

Que sont les variants?

Des erreurs surviennent dans le processus durant lequel un virus infecte des cellules et réplique son matériel génétique. Si un bon nombre de ces erreurs ou mutations génétiques ont peu d’effet, certaines peuvent être néfastes pour le virus. D’autres peuvent provoquer de petites modifications aux protéines virales et conférer aux virus de nouvelles capacités. Ces capacités peuvent notamment rendre le virus plus contagieux, plus résistant aux vaccins et aux traitements, et parfois rendre nos anticorps ou notre système immunitaire moins efficace face à ces virus modifiés. Les virus contenant des mutations génétiques sont appelés variants, et ceux présentant un avantage suspecté ou confirmé sont appelés respectivement variants d’intérêt et variants préoccupants.

Les variants continuent d’apparaître tant que le virus est capable de se propager à de nouveaux hôtes. Les vaccins entraînent notre système immunitaire à reconnaître les différentes parties du virus avant que nous ne soyons infectés. Par conséquent, si les mutations modifient les parties utilisées pour cet entraînement, les vaccins deviennent moins efficaces et doivent être actualisés. C’est pourquoi les variants doivent faire l’objet d’un suivi et analysés en permanence.

Variants préoccupants vs variants d’intérêt

Les variants préoccupants (VOC) sont des coronavirus qui sont confirmés comme étant plus contagieux, capables de causer des maladies plus graves et d’être plus résistants aux vaccins existants que les autres coronavirus en circulation. Le réseau CoVaRR-Net collabore avec d’autres organisations au Canada et dans le monde pour étudier les variants préoccupants et les nouveaux variants émergents.

Il existe actuellement quatre variants préoccupants au Canada : Alpha (B.1.1.7) (détecté initialement au Royaume-Uni), Beta (B.1.351) (identifié pour la première fois en Afrique du Sud), Gamma (P.1) (apparu au Brésil et signalé pour la première fois au Japon) et Delta (B.1.617.2) (il a été repéré pour la première fois en Inde et se propage rapidement dans le monde entier).

Un variant d’intérêt, aussi appelé variant sous surveillance, est un variant qui est seulement « soupçonné » d’être plus contagieux que la souche initiale, de provoquer une maladie plus grave ou d’échapper à la protection offerte par les vaccins. Un variant sous surveillance peut devenir un variant préoccupant si des preuves scientifiques et cliniques supplémentaires démontrent qu’il a l’un ou plusieurs de ces effets.

Les variants sous surveillance au Canada sont Eta (B.1.525) (identifié pour la première fois au Royaume-Uni et au Nigeria), Iota (B.1.526) (identifié à New York), Kappa (B.1.617.1) (détecté pour la première fois en Inde), Lambda (C.37) (détecté pour la première fois au Pérou) et Mu (B.1.621) (détecté pour la première fois en Colombie). À partir de juillet 2021, Epsilon n’est plus considéré comme un variant d’intérêt par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Arbre évolutif simplifié du SRAS-CoV-2

Clade :
Groupe de virus génétiquement similaires issus d’un ancêtre commun.

OMS :
L’Organisation mondiale de la santé a commencé le 31 mai 2021 à donner des lettres grecques (par exemple, alpha, bêta, gamma et delta) selon l’ordre de détection des variants.

PANGO :
Phylogenetic Assignment of Named Global Outbreak, système de nomenclature définissant la nomenclature dynamique des lignées du SRAS-CoV-2.

Nextstrain :
Un projet open-source qui suit l’évolution des agents pathogènes (bactéries, virus ou autres micro-organismes) en temps réel en utilisant les données génomiques (du GISAID).

GISAID :
Une initiative scientifique mondiale et une source primaire qui fournit un accès libre aux données génomiques des virus de la grippe et du coronavirus responsable de la pandémie de COVID-19.

Notre équipe

Le réseau CoVaRR-Net réunit certains des plus éminents chercheurs et experts canadiens de diverses disciplines scientifiques et médicales liées aux variants émergents. Notre équipe est structurée par thèmes ou « piliers » qui étudient et analysent différents aspects biologiques, épidémiologiques, sociaux et sociétaux liés aux variants et à leurs impacts sur tous les Canadiens, avec une attention particulière portée sur les communautés autochtones et les populations prioritaires. Nous disposons également d’équipes chargées d’organiser les ressources partagées du réseau, de promouvoir l’équité, la diversité et l’inclusion, en plus de s’occuper des activités de sensibilisation du public et des communications. En reliant les meilleurs laboratoires de recherche sur les variants du pays, ce réseau assure une réponse rapide et coordonnée aux variants émergents qui alimentent et entretiennent la pandémie.

Marc-André Langlois

Marc-André Langlois

Directeur général
Ninan Abraham

Ninan Abraham

Directeur, Équité, diversité et inclusion (ÉDI)
Angela Rasmussen

Angela Rasmussen

Directrice des communications
Jennifer Gommerman

Jennifer Gommerman

Immunologie et protection vaccinale
Louis Flamand

Louis Flamand

Caractérisation in vitro et in vivo
Anne-Claude Gingras

Anne-Claude Gingras

Génomique fonctionnelle et structure-fonction des variants préoccupants
Ioannis Ragoussis

Ioannis Ragoussis

Génomique et séquençage viraux
Jesse Shapiro

Jesse Shapiro

Biologie et modélisation computationnelles
Nazeem Muhajarine

Nazeem Muhajarine

Impacts sur la santé publique, les systèmes de santé et la politique sociale
Kimberly Huyser

Kimberly Huyser

Mobilisation, développement et recherche autochtones
Melissa Brouwers

Melissa Brouwers

Mobilisation des connaissances
Jeremy Grimshaw

Jeremy Grimshaw

Mobilisation des connaissances
Aller en haut de la page